Aquarelle

Les années passent, il est de plus en plus happé par ce besoin de peindre et l’aquerelle devient passion.
Partout où il séjourne, en Bretagne, Pays de Loire, Normandie, Vexin Parisien, il dessine et peint rapidement pour saisir la nature autour de la lumière.
Pendant des années, il est confronté à l’exigence technique et va “bouffer du papier” pour restituer le caractère unique de l’instant qui passe. Chaque touche est posée de façon volontaire, “au diable le hasard”.
Une première porte de galerie lui est ouverte et il expose à Nantes en 1978.
Les commentaires sont élogieux, cocasses, sévères, qu’importe, option ou sanction, Franck Sordot, poursuit sa démarche.
Il modifie peu à peu sa technique, affine son style, multiplie ses expositions. Bientôt la reconnaissance du public lui est acquise.